Le régime syrien exige des engagements écrits et poursuit la répression

Le régime de Bachar al-Assad n’a pas l’intention de retirer ses troupes et chars des villes syriennes d’ici demain matin, comme prévu. Du moins tant qu’il n’a pas obtenu d’engagements écrits, a-t-il fait savoir officiellement hier. Engagements de l’opposition -que la Syrie décrit comme des 2groupes terroristes armés2- sur l’arrêt de toute forme de violences. Et engagements du Qatar, de l’Arabie saoudite et de la Turquie sur « l’arrêt du financement » des opposants syriens, ajoute Damas.

Face à la pression de la diplomatie internationale et régionale, la Syrie semble chercher à gagner du temps alors que la répression est particulièrement sanglante. L’émissaire spécial de l’Onu et de la Ligue arabe, Kofi Annan, s’est même dit choqué par la montée de la violence et des atrocités dans plusieurs villes et villages. Au moins 50 personnes ont perdu la vie ce dimanche, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Kofi Annan est attendu ce mardi dans le sud de la Turquie pour visiter les camps de réfugiés syriens. Ces camps sont installés dans trois provinces limitrophes de la Syrie. Ils abritent près de 25 000 Syriens qui ont fuit leur pays.

Sunutube.com